Accueil

LEXIQUE TECHNIQUE DES ARTS


Afficher tout l'annuaire/Rechercher
Tableau bleu_de_prusse

Bleu de Prusse

Bleu de prusse



Le "Bleu de Prusse", appelé aussi "Bleu de Berlin", "Bleu de fer" et même, "Bleu de Paris", a été découvert en 1706 à Berlin par le peintre Heinrich Diesbach.
De formule Fe+III4[Fe+II(CN)6]3 il est obtenu par action d'une solution d'ions Fe+II sur le ferricyanure de potassium K3[Fe+III(CN)6].
Il existe aussi :
o le prussiate jaune : autre nom du ferrocyanure de potassium K4[Fe+II(CN)6]
o le rouge de Prusse : autre nom du ferricyanure de potassium K3[Fe+III(CN)6]
o le blanc de Prusse : K2Fe+II[Fe+II(CN)6] (qui s'oxyde à l'air pour donner le bleu de Prusse)
o le vert de Prusse : Fe+III[Fe+III(CN)6]
Le complexe bleu ainsi obtenu possède une propriété physique remarquable : il est magnétooptique, c'est-à-dire que l'état de polarisation de spin des ions fer de ce complexe peut être modifié par un rayonnement lumineux. Pour cette raison, il est envisagé de l'utiliser comme moyen de stockage d'information.

Le césium radioactif se fixe sur le pigment bleu de prusse, et peut ainsi être éliminé dans les selles et les urines.
Le Bleu de prusse absorbe le césium et n'est pas assimilé par l'organisme. Il accélère l'élimination, et n'a pas d'effets secondaire, à part une coloration bleue des selles.


Source : http://scienceamusante.net/wiki/index.php?title=Les_cyanotypes
http://fr.myeurop.info/2011/03/29/le-bleu-de-prusse-un-antidote-pour-les-irradies-de-fukushima-1952

Particularité :



>Donnez votre avis.